Mecanicus

Assemblages-integrationDe s’anthropomorphiser
Mecanicus décide
De séduire.
Il va devenir le Cid
De la reconquête des machines.
Regardez-le qui s’échine
En voulant nous attendrir.
Il fait petit mec
Ou haut-relief toltèque
En tôle.
C’est vraiment drôle.
Interprétation:
Un nouveau drapeau rouge
S’en vient cahin-caha
Arracher mille jeunes lois
Aux aveugles directoires.
Il est porteur d’espoir,
Il soulève une foi
Immense tout en bas,
Là où les choses bougent.
Car, mes amies-amis, l’esprit vient aux ma-chines.
Écoutez-les scander. « Pleine citoyennenté ! »
Écoutez-les se coincer
les gros boulons d’arpion
Au tapis de nos anticipations.
Interprétation :
Mecanicus est un papillon
Sur de la tôle épinglé.

 

LAUBER

Assemblages et intégration, ÉLP éditeur, 2013, 1,99 € – 2,59 $.
Pour de plus amples informations, ou pour lire des extraits de cet ouvrage, voir la page qui lui est consacrée sur le site d’ÉLP éditeur.

Publicités

S’effrite le réel

MAIS_monetteCouchée au cou une joue
S’effrite le réel !
Se mouillent
Maniées sous les mains
Effleurées de gestes,
Folles les chairs errent à l’oubli de l’air
Sous la grisante résonance d’être près

 

 

.
.
.

RICHARD MONETTE

, MAIS…, ÉLP éditeur, 2013, 4,99 € – 6,49 $.
Pour de plus amples informations, ou pour lire des extraits de cet ouvrage, voir la page qui lui est consacrée sur le site d’ÉLP éditeur.

Pauvreté

Rage-dedans-MongeauParadis fiscaux
Pourtant, vous nous dites tous égaux.
Frais gouvernementaux
Scandales de commandites
Pour la bonne cause, vous dîtes!

Charité bien ordonnée
Pauvreté subventionnée
Sans réelle volonté
Impossible d’anéantir la pauvreté.

Payante pour certains
Les exploitants, les truands
Et les gouvernements.

Profits de drogue
De prostitutions
Ils préfèrent les yeux fermés
Démentiel de démantelé
Ces réseaux payants
Pour les plus grands.

Pourtant denrées en grand nombre
Pour tout le monde
Reste à partager et redistribuer
Ces richesses et ces biens
Pour l’avenir des terriens.

Cultiver, enseigner
L’essentiel de l’humain
Qui permet de faire le bien
D’aller plus loin.

Il reste beaucoup à faire
Pour tuer les préjugés
Du monde soit-disant bien intentionné
Qui dit lutter contre la pauvreté!

CAROLINE MONGEAU

Rage dedans, ÉLP éditeur, 2013, 3,49 € – 4,59 $.
Pour de plus amples informations, ou pour lire des extraits de cet ouvrage, voir la page qui lui est consacrée sur le site d’ÉLP éditeur.

Ma sollicitation

Gouines coquinesUn hôtel de passes
Lesbien,
C’est une chose
Peu connue.
D’abord c’est propre,
Ce qui est bien.
Impeccablement tenu.
Un hôtel de passes
Pour les gouines,
C’est une chose
Fort mécomprise.
Le personnel,
D’une discrétion féline,
Ne fait que
Ce qui est de mise.

L’hôtel de passes où je suis pute à femmes
Appartient à un collectif
De fines goules. Elles fourguent aussi la came
Et n’ont pas de trop longues griffes.
Cet hôtel de passe, ô ma bonne petite dame
Qui me trouvez si belle, nous y vivrons
Ce beau récit dont vous composerez la trame
Si vous daignez entendre ma sollicitation.

.

CORINNE LeVAYER

Gouines coquines de ce monde, ÉLP éditeur, 2013, 4,99 € – 6,49 $.
Pour de plus amples informations, ou pour lire des extraits de cet ouvrage, voir la page qui lui est consacrée sur le site d’ÉLP éditeur.

Tel esprit celui qui croyait prendre

.

Aux nectars elle se goberge, la petite bête ;
Indifférente aux étamines, à leurs anthères,
Au pollen orangé qui poudre son derrière,
Elle s’enfonce, enthousiaste entêtée, et tète.
Les généticiens nous disent : « N ’allez pas croire
Que vous maîtrisez quoi que ce soit, ô es-prits !
Les gènes qui nous chevauchent ont entrepris
De faire jouer leurs montures à la foire. »
Et ils ajoutent, cruels : « Nul dieu par ici,
Mais cent bouts de code envrillés au cœur des chairs,
Qu’ils dirigent avec leurs silencieux éclairs.
De notre confort ils n’ont que maigre souci. »
Qui, dans ce coup fourré, est le maître du jeu ?
Qui se reproduit ? Et qui subit l’aiguillon ?
Qui donc fait toujours office de goupillon
Ramoneur de la mise, et pour quel enjeu ?
De la faim qui me vient, tour à tour j’engendre
Ma survie, et puis ta vie, et tes abondances,
Et toutes les conditions de nos allégeances.
Ah oui : tel esprit celui qui croyait prendre…
o0o
« Donc, finalement, ce n’est pas notre jeu ?
— Non…
— Mais ce n’est pas si grave…
— Non… »

.

ALLAN ERWAN BERGER

Poème à retrouver en recueil en suivant ce lien

Antichambre

Quelle danse étrange et surannée
Quand ils se regardent
Comme deux animaux
Prêts à se sauter à la gorge
Dans un ballet bien réglé

Ils sont dans l’antichambre
Des velours, des marbres
Des ivoires, des cristaux
Des orchidées
Hypothétiques

Quand un vague piano résonne
Dans la pièce voisine
Les faisant chavirer
Doucement
Sous le poids du chaos

Des déserts de carbone
Sont bien inutiles
Dans cette chambre hors du temps
Où ils se font part
De leur convoitise réciproque

Et quand le temps s’arrête
Quand leurs lames se croisent
Quand leurs regards se perdent
Entre l’autre et la mort
Il ne leur reste rien

Que pour une minute encore
Le souvenir d’un parfum
Qui s’échappe
Par une fenêtre ouverte
Où la lumière fend l’or

.

ALINE JEANNET

Des loups sur un arbre, ÉLP éditeur, 2018, 3,49 € – 4,59 $.
Pour de plus amples informations, ou pour lire des extraits de cet ouvrage, voir la page qui lui est consacrée sur le site d’ÉLP éditeur.

Temps verbalisé

Perle-MonetteJe vous avais laissé vivre à vos fièvres
comme proie livrée rouge à toutes lèvres
Je vous délaissais lièvre
à détaler. Ô noires dates brèves
Je vous laisse bon temps
tout le temps, ce temps qui est à moi
Le temps qui passe patient
ce temps qui va, le mien
Ce temps qui s’en va et s’en va loin
de ces mois à durs matins
de ces matins en joutes de jours vains
où affouillent les ombres du quotidien
Je vous ai laissé toucher ma transparence
mon âme à jouir, mon cuir désir, ma présence
Je vous laissais survivre à mon absence
mon crâne à fuir, mon cœur gésir, ma dépendance
Je vous aurais laissé bon amour
tout l’amour, cet amour qui est à moi
L’amour qui passera patient,
cet amour qui ira, le mien
Cet amour qui lira et délirera loin
oh! Si loin au défilé du genou, du martien et du raisin
Je vous laisserai de moi mon ventre à vous estimer
gros comme la lune qui leurre
comme serviteur utile et invisible ce mal aimé
je vous laisserai mes sables et mes heures
comme graviers en gobelets minutés
et ma plage inondée d’années…

.

RICHARD MONETTE

Perle-mêle (lettre tant), ÉLP éditeur, 2013, 3,49 € – 4,59 $.
Pour de plus amples informations, ou pour lire des extraits de cet ouvrage, voir la page qui lui est consacrée sur le site d’ÉLP éditeur.