Cynthia

Étrange Cynthia sur le fleuve accoudée,
Des roulis de la houle aux frimas courbatus,
La nubile candeur à tes flancs dévêtus,
Ceint la grise indolence en ta paume inondée.

D’une exquise romance aux mammes de Judée,
Ploient en rythme assourdi d’indécises vertus,
Aux spectres las de vivre où des cœurs se sont tus,
Les marasmes croulants de volute brodée.

Tu ne visiteras des pleurardes orgies
Au cinéraire adieu d’exsudantes bougies,
L’Ange blême et cagneux des rancunes fécondes,

Où l’Éphèbe au couvent des solaires cyprès,
Filtre à rais enforcis nos débauches immondes,
Que ton ardeur rivale extatise en attraits !

 

THOMAS FALLET

Poème inédit

Une réflexion sur “Cynthia”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s