On va rater le boulanger

Imagiaire vergnerMagnez vous les copains.
On va le rater.
Mais cessez de bruisser
Et grouillez-vous,
Tas d’empotés.
Je vous demande un peu.
Du pain, des jeux,
Foncez.

C’est bien la peine
D’avoir les pieds ainsi palmés
Si c’est pour finir
Avec si peu de prise au démarrage.

Mais… elle se barre,
Elle s’ébranle.
Je cancane.
J’enrage.

Ça y est, elle disparaît,
La boulangère voiturette.

Il va nous rester,
De cette ruée,
Que nos yeux pour pleurer.
Nos pauvres
Géantes
Et gluantes
Mirettes.
Et que de tristes miettes.

Et, pour nos ventres affamés
(Qui en veille ou en sommeil
N’ont point d’oreilles),
Je ne sais quelle fatale recette.

Et notre imaginaire
Jouant ses fausses notes,
Ses faux rêves de festins,
Lascifs, replets, paillards.

Oui, ça y est,
Reste plus
Que notre pauvre volière,
Jouant ses canards.

.

PAUL LAURENDEAU (pour LAUBER)

L’imagiaire vergners, ÉLP éditeur, 2013, 3,49 € – 4,59 $.
Pour de plus amples informations, ou pour lire des extraits de cet ouvrage, voir la page qui lui est consacrée sur le site d’ÉLP éditeur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s