Araignée du soir, guitare

cover_laurendeau_helicoidalUn ignare hilare
Portant une guitare
À l’arrêt de bus,
Se tient,
Un peu hagard.
Pas de caisson pour la guitare.
Notre hagard ignare hilare
La tient par le col,
Toute nue
Sous les regards.
Vous allez me croire
Si vous allez me croire.
Devant mon ignare hilare hagard
Portant sa guitare
Se stationne l’ultime char routard,
Tout feu, tous flammes, tout phares
Dont le conducteur, un bulgare,
Araignée du soir, espoir,
Mate la guitare.
Le routard bulgare
Demande au hagard ignare:
Où, vas-tu si tard
Et si hilare?
Oh, tu vas me croire
Si tu vas me croire
Mais je vais à la gare…
Tu irais pas par hasard?
C’est qu’on est le soir
Et que je suis vachement en retard
Pour choper mon sporadique tortillard.
Dare-dare,
Tonne le routard bulgare.
Monte, monte, guitaresque zigomar.
Pêle-mêle et sans égard
Ignare hagard hilare et guitare
S’empilent dans le char routard
Du samaritain bulgare
Qui démarre.
Direction la gare.
Araignée du soir, guitare.

 

PAUL LAURENDEAU

L’hélicoïdal inversé, poésie concrète, ÉLP éditeur 2013, 4,99 € – 6,49 $.
Pour de plus amples informations, ou pour lire des extraits de cet ouvrage, voir la page qui lui est consacrée sur le site d’ÉLP éditeur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s