Déréliction

La souffrance a drapé de langes à remords,
Mon cœur, navire astreint, sur des houles profanes,
Et d’ample Calenture à mes yeux diaphanes,
Étoile vaguement de hideux croquemorts.

Je suis de ceux pour qui l’existence en lambeaux,
N’est qu’un solaire écueil où se ruent des carènes,
Et de ses larmes d’or aux nocturnes migraines,
S’harmonise à mon front la fraîcheur des tombeaux.

Par le deuil inhérent de mon âme pierreuse,
Profère au vierge azur la Sirène écureuse,
À la bile malsaine arquant des caracos ;

Et je meurs sous le fouet des dryades anciennes,
En de moite relent d’amours musiciennes,
Qu’une Cloche à sons morts vient redire en échos !

 

THOMAS FALLET

Poème inédit

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s