Serenata incurabile

Ma Complainte gracile aux célestes Borées,
Par le grand Soleil noir des fauves Hespérides,
Épouse à l’astre mort d’incarnates Florides,
Un intime Calvaire aux voûtes azurées.

La Rancune isolant l’or hilare aux vesprées,
Mordore à l’occident nébuleux des Astrides,
Les cristaux d’un Autel de feux épimérides,
Au fond d’un corridor de larmes éplorées !

Par le soir enlaidi de funèbres castels,
Le stellaire Abandon des faunes immortels,
Étoile de points d’or sa dive austérité.

Au ciel silencieux dont l’esprit pur s’élampe,
Écoute en cette humide et rauque éternité,
Le stérile Noyé qui dans mon cœur se trempe!

 

THOMAS FALLET

Poème inédit

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s