Langueur hiémale

Le Soleil aux vapeurs d’un nébuleux flacon,
En l’or de ton fard blond de soufre et d’eaux de bains,
Chauffe au soupir lacté des malaises lambins,
Ce terrestre scandale en blasphèmes fécond.

La rude majesté du languide balcon,
De l’exquise pyrite à ton flanc de Rubens,
Avive à la rondeur austère des rambins,
Le libre essor d’où plane un phtisique faucon.

Es-tu le parfum tiède aux transports de l’encens,
Ou l’écrin de Paros au flot noir de mes sens,
Dont s’exsude la chair des Cyclades prisées?

– Je sacrerai le sang ayant fui par tes pores,
Pour ne voir à l’autel des dunes irisées,
Le flamboiement succinct des grands Apollodores!

 

THOMAS FALLET

Poème inédit

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s