Évocation

De l’ivoire ondoyant sur le ciel effloré,
S’étalent fièrement de mauves Astéropes,
Et l’ombre aux plis épars des stériles hysopes,
Attriste au Cèdre blond ton archange éploré.

Je vois dans ton œil noir de ténèbres chloré,
Les topazes cerclant de marines estropes,
Et l’Olympe aux rougeurs du baiser des Eutropes,
Sourdre au délire exquis par ta lèvre imploré.

Hélas, au marbre occis ta soyeuse crinière,
Glisse amoureusement pour épouser l’ornière,
Où gît l’airain sacré des funèbres élans !

Et ta griffe effroyable à l’aurore bénite,
Rôde et scande en mon cœur ces lambeaux insolents,
Pleurant tels les grands monts de neige sélénite.

 

THOMAS FALLET

Poème inédit

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s