Le corps chantant

Blessure des motsLes gradins lumineux explosaient de vivats
Lorsque telle une source à la gloire envolée,
Elle apparut divine au chant de sa foulée
Dans l’arène sonore où glissaient les divas.

La piste en feu brûlant comme un seul cœur qui bat,
Emportait ces dix fleurs l’une à l’autre mêlées
Parmi lesquelles, souple et les mains constellées,
Elle courait saisir la palme du combat ;

Car déjà ses pieds vifs semblaient par intervalles,
Éteindre peu à peu l’ardeur de ses rivales
Dont le souffle écumant expirait en lambeaux.

Puis ce fut tout à coup l’ultime trajectoire
Et le stade enfiévré des gestes les plus beaux,
La vit, sur le sol tiède, embrasser sa victoire.

.

THIÉRRY CABOT

La blessure des mots, ÉLP éditeur, 2013, 3,49 € – 4,59 $.
Pour de plus amples informations, ou pour lire des extraits de cet ouvrage, voir la page qui lui est consacrée sur le site d’ÉLP éditeur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s