Évanescence

Blessure des motsComme en tapinois,
Sans tambour ni cuivre,
Un démon sournois
Te défend de vivre.

Homme trompe-l’œil
Au milieu des hommes,
Tu portes le deuil
De rêves fantômes

Tant les maigres sous
D’un labeur extrême
T’ont fait choir dessous
L’ombre de toi-même ;

Toi-même qui fus,
Un instant peut-être,
De trois mots confus
Le fugace maître.

.

THIÉRRY CABOT

La blessure des mots, ÉLP éditeur, 2013, 3,49 € – 4,59 $.
Pour de plus amples informations, ou pour lire des extraits de cet ouvrage, voir la page qui lui est consacrée sur le site d’ÉLP éditeur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s