Les «besogneux»

Blessure des motsÀ peine gémis-tu sous le fouet des contraintes,
Ombre laide et falote usée à tous les vents.
Le labeur t’a cloué parmi les morts vivants,
Dans un rôle où ton âme expire en sales feintes.

Avilis chaque jour de fables et de craintes,
D’autres hommes que toi vont, spectres émouvants,
Vers le même lieu vide aux leurres dépravants,
Traîner, cadavéreux, leurs figures éteintes.

Celui-ci mêle encore à son destin enfui
Quelque pauvre bonheur sanglotant après lui ;
Celui-là se souvient qu’il fut né sans attache.

Et tous, anéantis par une amère tâche,
Fous de l’espace clos qui les tient prisonniers,
Ne sont plus que des chants hagards et calomniés.

.

THIÉRRY CABOT

La blessure des mots, ÉLP éditeur, 2013, 3,49 € – 4,59 $.
Pour de plus amples informations, ou pour lire des extraits de cet ouvrage, voir la page qui lui est consacrée sur le site d’ÉLP éditeur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s