Fou braque, fou Braque

cover_laurendeau_helicoidalDe quelqu’un
Qui déraisonnait,
Autrefois on disait
Qu’il était
Fou braque.

Il est
Difficile
De statuer
Sur le fait
Que c’était
De sauter,
De gambader,
D’être enjoué
Comme le chien
Ou de mettre sur croûtes
Des arabesques de doutes,
Des mondes en déroute
Des univers malingres
Comme le peintre.

Fou braque canin ou fou Braque pictural?
On dira ce qu’on voudra,
Le dilemme n’est pas banal.
Je crois même savoir qu’un groupe humoristique
Perclus de sens pratique
(Ou est-ce un ensemble orchestral?)
Adopta ce désignatif: Les fous braques.
Quelqu’un doit donc bien avoir une position
Sur cette question.
Ou alors, c’est un peu de l’arnaque.

Cynophilie hypernerveuse?
Ou protocubisme à la courbe frondeuse?
Pour faveur, choisissez.
Et si braque n’est pas une notion claire
Je vous passe mon chapeau
Que celle de fou ne vaut guère
Mieux, en cette saison
De repeinte de plafond.
Tiens-toi donc…

 

PAUL LAURENDEAU

L’hélicoïdal inversé, poésie concrète, ÉLP éditeur 2013, 4,99 € – 6,49 $.
Pour de plus amples informations, ou pour lire des extraits de cet ouvrage, voir la page qui lui est consacrée sur le site d’ÉLP éditeur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s