Temps verbalisé

Perle-MonetteJe vous avais laissé vivre à vos fièvres
comme proie livrée rouge à toutes lèvres
Je vous délaissais lièvre
à détaler. Ô noires dates brèves
Je vous laisse bon temps
tout le temps, ce temps qui est à moi
Le temps qui passe patient
ce temps qui va, le mien
Ce temps qui s’en va et s’en va loin
de ces mois à durs matins
de ces matins en joutes de jours vains
où affouillent les ombres du quotidien
Je vous ai laissé toucher ma transparence
mon âme à jouir, mon cuir désir, ma présence
Je vous laissais survivre à mon absence
mon crâne à fuir, mon cœur gésir, ma dépendance
Je vous aurais laissé bon amour
tout l’amour, cet amour qui est à moi
L’amour qui passera patient,
cet amour qui ira, le mien
Cet amour qui lira et délirera loin
oh! Si loin au défilé du genou, du martien et du raisin
Je vous laisserai de moi mon ventre à vous estimer
gros comme la lune qui leurre
comme serviteur utile et invisible ce mal aimé
je vous laisserai mes sables et mes heures
comme graviers en gobelets minutés
et ma plage inondée d’années…

.

RICHARD MONETTE

Perle-mêle (lettre tant), ÉLP éditeur, 2013, 3,49 € – 4,59 $.
Pour de plus amples informations, ou pour lire des extraits de cet ouvrage, voir la page qui lui est consacrée sur le site d’ÉLP éditeur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s