Ici c’est le club très fermé des perdus d’avance

Errant dormeur
Aux poulaillers souterrains
Ne croise pas
Les regards crus
Des caméras en rut
Terre tes secrets
Sous les grillages d’acier
Des préaux
Retiens ton souffle
Au passage
Des détecteurs
Et retourne au trou
Si l’un d’entre eux
Te prend
Épuisé, à rôder
Au pied
Des tours-privilèges

Inoculés de bleu sont les yeux du geôlier
N’imagine même pas pouvoir te tirer de là
Traversée impossible vers l’indocile rue
Elle qui te tient, te protège à la fois
Renonce. C’est lui qui tient la crosse.
Distendu, le temps se perd dans les galeries officielles
Ils se touchent
En déchiffrant tes tatouages identitaires
Tu le leur rends bien, chaude bête de foire
Effrayant les premiers, excitant les derniers

.

ALINE JEANNET

Des loups sur un arbre, ÉLP éditeur, 2018, 3,49 € – 4,59 $.
Pour de plus amples informations, ou pour lire des extraits de cet ouvrage, voir la page qui lui est consacrée sur le site d’ÉLP éditeur.

Une réflexion sur “Ici c’est le club très fermé des perdus d’avance”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s