Respire lentement

Imagiaire eaux-pierresBen voilà,
C’est ça
La vie,
Beau Visage.
Elle ironise-platonise
Pour les fous
Et les sages.
La vie c’est
Une caverne
Qui imperceptiblement
Vous enveloppe
Vous cerne.
Et cette chienne
De grotte étroite
De vie
Concerne
Tous ceux et celles
Qui se mêlent
D’y entrer.
Ils ou elles
Finissent submergés, coincés.
Et, comme toi, l’œil tout écarquillé.
Oh… oh… ce fulgurant regard,
Si merveilleux, si rare,
Pierre précieuse dans toute cette caillasse
Évaluant fissa les limitations du temps, de l’espaces.
Et, donc, donc, pour bien compliquer la situation.
Déjà pourtant gorgée de lourdes implications,
Il faut en plus qu’un poète passe par là.
On l’attendait plus, celui-là, par dessus le tas.
Et voici qu’il te dit qu’il ne l’oubliera plus jamais,
Ce regard là. Jamais, jamais.
Oh la belle affaire… Cela ne secoue pas le joug
De la caverne de la vie
Mais cela laisse l’impondérable petit velours
Celui qui fait que, oui, oui,
Ce qui est dit est dit.
Puis, sur le reste, bien, le poète est, évidemment,
Pathétiquement impuissant.
Il ne peut encore que pérorer: Ô Beau Visage,
Œil vif et pétillant, si fidèle, si volage,
Respire lentement…
C’est ça la vie, tu comprends?

.

PAUL LAURENDEAU (pour LAUBER)

L’imagiaire des eaux et des pierres, ÉLP éditeur, 2015, 3,49 € – 4,59 $.
Pour de plus amples informations, ou pour lire des extraits de cet ouvrage, voir la page qui lui est consacrée sur le site d’ÉLP éditeur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s