La boîte de soupe Campbell de Warhol

cover_laurendeau_helicoidalJ’ai ouvert
La boite de soupe
Campbell
De Warhol,
En une gestuelle simplette,
Avec un de ces ouvre-boîtes
Manuels
À œillettes,
Un tourniquet,
Comme disent les Français.

C’était d’autant plus curieux
Qu’il y avait,
À la télé
Un majestueux et ostensible navet
Américano-écossais.
Le clan Lipton y combattait le clan Campbell.
Les deux phratries se pourfendaient
Et se la baillaient belle.

À chaque mention du clan Campbell,
Je riais et riais, puis riais de plus belle,
À cause de la boîte de soupe de Warhol
Dont j’étais à conclure
La patiente ouverture.

Il y avait des cubes de bœuf
Dans cette soupe tomate.
Oh mate !
De bons petits cubes de boeuf,
Serrés, viandeux,
Parfaitement plantureux.

J’ai bien fait cuire le tout,
Sublime, dense, onctueux.
Et j’ai dévoré
Devant la télé,
Directement de la casserole,
Le dense butin de cette boîte de soupe de Warhol,
Ce pop-artiste de parole,
Dont je ne connaissais pas encor l’œuvre folle.

J’avais onze ans, que voulez-vous?
Je ne pouvais supputer que des muséologues mous
Instutionnaliseraient, un jour, la congruette portion
Sur fond
Rouge et blanc
De ce moment
Si banal mais tellement
Tant tellement
Charmant.

 

PAUL LAURENDEAU

L’hélicoïdal inversé, poésie concrète, ÉLP éditeur 2013, 4,99 € – 6,49 $.
Pour de plus amples informations, ou pour lire des extraits de cet ouvrage, voir la page qui lui est consacrée sur le site d’ÉLP éditeur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s