Et quand Cacambo mira Ricardo

cover_laurendeau_helicoidalCacambo prit l’arche
Par le cône
Et la souleva.
Au fond du cône
De l’arche,
Visible
Par une petite fissure,
Le vieux Ricardo
Prenait un thé
Citronné-argenté,
À la santé
Des bonnes âmes du bourg voisin.
Cacambo gratta le crâne de Pangloss
(Il était trop paresseux
Pour retirer son propre galurin).

Oui,
Dit Pangloss,
Il y a eu des guerres nationales.
Elles furent terribles,
Elles ne furent pas banales.
Et surtout
Elles furent… Et, oui, il faut le dire.
Mire Cacambo, mire…

Mais, or, cependant,
Il reste que
Je n’en retirerai pas pour autant
De mon lexique
Sociologico-historique
Le terme
(Que correctement je le formulasse):
Lutte des classes.

À ces mots,
Le vieux Ricardo
S’étrangla avec son thé
Et une goutte tomba
Dans l’oeil de Cacambo.

 

PAUL LAURENDEAU

L’hélicoïdal inversé, poésie concrète, ÉLP éditeur 2013, 4,99 € – 6,49 $.
Pour de plus amples informations, ou pour lire des extraits de cet ouvrage, voir la page qui lui est consacrée sur le site d’ÉLP éditeur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s