Regret d’enfilade

Au temps d’un frisson clair dépoitraillant la vague,
Éparse au gré du sang verdelet des écumes,
Lentement sur le soir, je tournais mon œil vague,
Au seuil immaculé des cuirasses de brumes.

Des viornes fanaient sur des robes spectrales,
Abominablement de leurs cistres charmeurs,
Des faunesses cambrant leurs torses noirs de râles,
Enchantaient l’yprau d’or de soudaines clameurs.

D’opalines amours fantasquement figées
S’irisaient, tandis que d’amertumes gorgées,
Ployait sous les ifs noirs ma romanesque étreinte.

Et par un libre essor de terrestres parfums,
Maints austères griffons talonnant leur empreinte,
D’un vol vertigineux fendaient les astres bruns.

THOMAS FALLET

Poème inédit

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s