Les danaïdes

Dans des limbes de nacre aux tentures moisies,
Tel un cuisant remords en galops Bucéphale,
Une pourpre au flot d’or des blêmes hérésies,
Sur le noir tonnelet suit la course du hâle.

De bruns égouts altiers à travers la nuit rêche,
En un vomissement confus de lourds métaux,
Rejettent l’or astral d’épileptique brèche,
À l’ulcère bâté de vivants arsenaux.

Des orteils bourrelés de cloques à calvaires,
S’empuantissent fiers par ces hargnes vulvaires,
Ô gigantesque amas de flots mornes gorgé !

Et parmi la stupeur des âmes clandestines,
Au funéraire adieu d’un scandale figé,
Point la vassalité des pauvresses mutines.

THOMAS FALLET

Poème inédit

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s