Perles pour l’oubli

Perle-MonetteOn peut s’approprier une perle rare par amour, aimant aussi le beau, l’illusoire perfection de la nacre irisée. On peut autant la laisser à l’océan où elle ne sera rare pour personne, loin de la convoitise et des conflits des hommes propriétaires et jaloux. C’est par conviction de tendresse et respect de la rose produite à la liberté des champs de fleurs qu’errent mes os loin de sa peau, qu’évoluent mes yeux loin de ses ongles et que se plisse mon épiderme loin de ses épines. Oh oui! On peut aimer les tournesols sans les cueillir, les observant en extase bouger au soleil tout l’été, même sachant qu’un soir, sans amertume, morose, on les verra se courber de l’automne et du poids des oiseaux pillards, dépossédés de vitalité brillante comme perles pour l’oubli.

.

RICHARD MONETTE

Perle-mêle (lettre tant), ÉLP éditeur, 2013, 3,49 € – 4,59 $.
Pour de plus amples informations, ou pour lire des extraits de cet ouvrage, voir la page qui lui est consacrée sur le site d’ÉLP éditeur.

À la croisée des saisons

Perle-MonetteAux yeux pointus
d’angles exponentiels
l’arrête, l’arbre
ramifications d’un cœur
en pause hivernale
à la croisée des saisons
Épuisé d’hier
enraciné sans feuille de route
le doute.
Arrêtez-toute!

.

RICHARD MONETTE

Perle-mêle (lettre tant), ÉLP éditeur, 2013, 3,49 € – 4,59 $.
Pour de plus amples informations, ou pour lire des extraits de cet ouvrage, voir la page qui lui est consacrée sur le site d’ÉLP éditeur.

Tes yeux sur ma peau [REPRISE]

Perle-MonetteIl était une fois des feux
des feux qui étaient fabuleux
des feux allumés dans la peau
à envoûter comme des démons fous
des feux de braises dans la peau
ma peau sublimée sous tes yeux
tes yeux qui étaient fabuleux

D’autrefois je revois tes yeux
tes yeux qui sont magiques
tes yeux à voir sous les peaux
à déshabiller les âmes de leur sort
tes yeux doux à une vieille peau
ma peau de vache vêtue de briques
sans tes yeux qui sont magiques

En cette nuit près du sapin
qu’embaume de bonheur
un parfum de forêt et de lutins
où les petites lumières de couleur
s’invitent au gradin des odeurs
car les amants se voient se voient
et se voient encore pour la première fois
alors ces corps ont encore un intérieur

Sous les peaux ensorcelées par nos jeux
des jeux qui jouxtaient moelleux
des jeux à nommer toutes nos peaux
surfaces comme des endroits fous
où tes yeux de délinquante âme à peau
enserrent mes peaux en étau de frissonneux
mes peaux ensorcelées par tes jeux

En cette nuit près du sapin
qu’embaume de bonheur
un parfum de forêt et de lutins
où de petites lumières de couleur
s’invitent au gradin des odeurs
car les amants se voient et se voient
et se voient encore pour la première fois
alors ces corps ont encore un intérieur

Ma peau enchantée en bottes de sept lieues
ces lieux qui sont magnifiques
tes lieux à migrer hors la peau
à inventer le rire rauque des avalés
tes lieux où nos cœurs à fleur de peau
nos peaux friables à fièvre tellurique
petites peaux enchantées par ces lieues

En cette nuit près du sapin
qu’embaume de bonheur
un parfum de forêt et de lutins
où de petites lumières de couleur
s’invitent au gradin des odeurs
car les amants se voient et se voient
et se voient encore pour la première fois
alors ces corps ont encore un intérieur

Quelques fois je recevrai tes yeux
tes yeux qui seront merveilleux
tes yeux iront tomber sur ma peau
à surfer comme des doigts jaloux
tes yeux à liquéfier ma peau
ma peau d’oripeaux de vieux
et tes yeux me feront merveilleux

En cette nuit près du sapin
qu’embaume de bonheur
un parfum de forêt et de lutins
où de petites lumières de couleur
s’invitent au gradin des odeurs
car les amants se voient et se voient
et se voient encore pour la première fois
et nos corps ont encore leurs intérieurs

.

RICHARD MONETTE

Perle-mêle (lettre tant), ÉLP éditeur, 2013, 3,49 € – 4,59 $.
Pour de plus amples informations, ou pour lire des extraits de cet ouvrage, voir la page qui lui est consacrée sur le site d’ÉLP éditeur.

Peuple d’aubes

Perle-MonettePourpre
Le pont
En proue
Du pays
Pourpre
Et yellow
Sucré
Voici
Le pont
Bridge
Le pont croche
Pauvre jaunisse
D’un peuple d’aubes
De fierté
Sans foie sain
Cent fois sainte
Au ciel sombre
Des rouges
Et des bleus
Sans verdure ni verbes ni natures
Peuple d’aubes diabétique
Pauvre hépatique peuple d’eau
Sans arbres, où sont tes racines?

.

RICHARD MONETTE

Perle-mêle (lettre tant), ÉLP éditeur, 2013, 3,49 € – 4,59 $.
Pour de plus amples informations, ou pour lire des extraits de cet ouvrage, voir la page qui lui est consacrée sur le site d’ÉLP éditeur.

Marquita

Perle-MonetteAu coin
De l’œil précis
Se transpose
Une immensité
Intensément
Rose
pour qu’un baiser
De soie
En la courbe
Du sinus
Se pose
Et dans la couleur
La beauté
Nait
Alors
Comme un doute
Pendant
Qu’au silencieux
Regard
Renard
La route
S’écoute

.

RICHARD MONETTE

Perle-mêle (lettre tant), ÉLP éditeur, 2013, 3,49 € – 4,59 $.
Pour de plus amples informations, ou pour lire des extraits de cet ouvrage, voir la page qui lui est consacrée sur le site d’ÉLP éditeur.

Les mots incendiés

Perle-MonetteComme mots incendiés
Comme femmes amoureuses
s’enroulent aux horloges
Infertiles, leurrées
tout en silence et d’alarmes
Entre nos îles noyées
Comme s’envolent
les automnes
Et les mots incendiés
Et de pluies en saisons
Déversant soirs
Aux pourpres passions,
l’ironie
Farouche faucheuse
Hache en tempêtes des souvenirs
Et ça frappe
Du triste
Aux arbres effeuillés
Qui affrontent à souffrir
Et les quotidiens fondus en fleuves enflammés et les pluies en saisons
Comme mots incendiés, comme femmes amoureuses
S’enroulent aux horloges infertiles, leurrées
Tout en silence et d’alarmes entre nos îles noyées
Comme s’envolent les automnes et les mots incendiés
Je suis l’écrit qui s’attarde aux librairies fantômes en diseuses
Je trie à taire des fleurs et j’ai peur des heurts oubliés,
Je me punis de flammes et de leur flemme indomptée
Je me consume et me tourmente, oh âmes d’ombres frauduleuses
Comme mots incendiés, comme femmes amoureuses
S’enroulent aux horloges infertiles, leurrées
Tout en silence et d’alarmes entre nos îles noyées
Comme s’envolent les automnes et les mots incendiés

.

RICHARD MONETTE

Perle-mêle (lettre tant), ÉLP éditeur, 2013, 3,49 € – 4,59 $.
Pour de plus amples informations, ou pour lire des extraits de cet ouvrage, voir la page qui lui est consacrée sur le site d’ÉLP éditeur.

Un poulain dans la course

Perle-MonetteVoici un petit récit country

– « Puis deux cowboys m’ont invité dans mon salon. Ils étaient des gentils. Ils étaient cavaliers. Par contre je ne dirai pas qu’ils étaient de gentils cavaliers; comment demander à des grands sabots montés sur des grands chevaux de ne pas piétiner les fleurs du tapis ni celles de la table mise? »
– « Bien que ce ne soit pas Noël, ils tentaient de me vendre leur sapin. En piètres vendeurs ils me l’ont plutôt passé. Dans leur démarche de bottés à éperons, comme des coqs, ils expliquaient dans leur science que les pissenlits, ce sont des roses, et que mes jacinthes sont en fait de l’herbe à poux. Je ne m’y connais pas beaucoup en botanique c’est alors que je me suis senti comme un âne cavalant au travers une horde de purs sangs sur la plaine. »
– « J’ai eu beau démontrer qu’au pas, au trot et même lorsqu’il le faut, au galop, je savais tenir les rênes dans la prairie sans abîmer les verges d’or, mais il m’a fallu lâcher la bride, déçu de l’organisation de la course. »
– « Le poulain grandira malgré tout. Il grandira malgré eux, avec ou sans moi. Mon poulain est le meilleur de la course, je le sais et je ne suis pas le seul. »
C’est en me racontant cet émouvant récit que le vieux fermier caressait la crinière de son jeune ami qu’il nommait chaleureusement « Mon Bonhomme Sourire ». Juste avant que cette vision équestre ne coure à sa perte j’ai entrevu l’aïeul verser une larme.

.

RICHARD MONETTE

Perle-mêle (lettre tant), ÉLP éditeur, 2013, 3,49 € – 4,59 $.
Pour de plus amples informations, ou pour lire des extraits de cet ouvrage, voir la page qui lui est consacrée sur le site d’ÉLP éditeur.

De dents

Perle-MonetteLes mâchoires à rire
Dents blanches déployées!
à gueule de cheval
hennissant au travail
à reflets de poignards
décisifs sucrés
telles des étoiles
à carier l’émail
effervescence,
dans un excès d’extase
tunnels trachéaux
bloqués de phrases
tordus d’étouffements
touffus
torsion du torse,
grimace à farce
scandant des souffles
scandaleux
jeux de rôles
pourrir un peu

.

RICHARD MONETTE

Perle-mêle (lettre tant), ÉLP éditeur, 2013, 3,49 € – 4,59 $.
Pour de plus amples informations, ou pour lire des extraits de cet ouvrage, voir la page qui lui est consacrée sur le site d’ÉLP éditeur.

Bonne fête [1]

Perle-MonetteLe temps
le temps à l’automne

Avoir du temps pour soi
être au cœur du temps

Avoir du cœur au ventre
le ventre du temps
même bien rempli
n’est jamais obèse

Le temps
le temps en novembre

Tantôt talleur ou tsu suite
est parfois temps perdu
est parfois mauvais temps
autant qu’aussi passe-temps

« Ô temps des roses enfouies ! »

Le temps à l’automne
de temps en temps
ce simple temps
l’avoir simplement
le temps, ce temps

Le temps en novembre
le temps qui seconde
aiguille au poignet
les doigts qui tapent
traduisant l’impatience

« Ho! Minute papillon! »

Le temps à l’automne
le temps en novembre
un monde de temps fous
le temps qui roule en boule
horloge d’heures heureuses
le temps qui longe au jour le jour
une semaine à la fois
une fin de mois à la fois
pour des siècles et des siècles
à la fois

Le temps à l’automne
le temps en novembre
c’est un temps de guerre
le temps d’une paix
Le temps
est un temps qui guérit – efface
c’est le temps escompté – compté
et chaque année une fête
le temps de souligner
comme pour ponctuer

Bonne fête

.

RICHARD MONETTE

Perle-mêle (lettre tant), ÉLP éditeur, 2013, 3,49 € – 4,59 $.
Pour de plus amples informations, ou pour lire des extraits de cet ouvrage, voir la page qui lui est consacrée sur le site d’ÉLP éditeur.

Temps verbalisé

Perle-MonetteJe vous avais laissé vivre à vos fièvres
comme proie livrée rouge à toutes lèvres
Je vous délaissais lièvre
à détaler. Ô noires dates brèves
Je vous laisse bon temps
tout le temps, ce temps qui est à moi
Le temps qui passe patient
ce temps qui va, le mien
Ce temps qui s’en va et s’en va loin
de ces mois à durs matins
de ces matins en joutes de jours vains
où affouillent les ombres du quotidien
Je vous ai laissé toucher ma transparence
mon âme à jouir, mon cuir désir, ma présence
Je vous laissais survivre à mon absence
mon crâne à fuir, mon cœur gésir, ma dépendance
Je vous aurais laissé bon amour
tout l’amour, cet amour qui est à moi
L’amour qui passera patient,
cet amour qui ira, le mien
Cet amour qui lira et délirera loin
oh! Si loin au défilé du genou, du martien et du raisin
Je vous laisserai de moi mon ventre à vous estimer
gros comme la lune qui leurre
comme serviteur utile et invisible ce mal aimé
je vous laisserai mes sables et mes heures
comme graviers en gobelets minutés
et ma plage inondée d’années…

.

RICHARD MONETTE

Perle-mêle (lettre tant), ÉLP éditeur, 2013, 3,49 € – 4,59 $.
Pour de plus amples informations, ou pour lire des extraits de cet ouvrage, voir la page qui lui est consacrée sur le site d’ÉLP éditeur.